Festival Mawazine

Le Festival Mawazine - Rythmes du Monde est un festival thématique organisé chaque année au mois de mai essentiellement à Rabat, au Maroc, par l'association Maroc-Cultures, présidée par le secrétaire particulier de sa majesté le roi Mohammed VI, Mounir El Majidi1. Cette rencontre internationale, qui a vu le jour en 2001, a pour but de faire découvrir au Maroc les différentes cultures musicales du monde. Elle accueille tout aussi bien des artistes marocains que des stars de renommée internationale en passant par des styles de musique traditionnels ou urbains.

Les concerts, gratuits ou payants et le plus souvent en plein air, se déroulent en une dizaine de lieux parsemant Rabat (au Chellah, près de la kasbah des Oudayas, au théâtre Mohammed-V, sur des grandes artères, etc.), auxquels s'ajoute une scène sur la plage de Salé2 où se produisent les célébrités nationales3, près du Bouregreg qui sépare les deux villes. Parallèlement, des ateliers, des tables rondes et des spectacles de rue sont également proposés à Rabat.

Parmi les célébrités étrangères y ayant participé, on peut citer George Benson, Whitney Houston, David Vendetta et Juanes en 2008, Stevie Wonder, Alicia Keys et Kylie Minogue en 2009, Santana, BB King, Elton John, Sting, Julio Iglesias, Mika et Al Jarreau en 2010, Shakira, Lionel Richie, Sugababes, Quincy Jones, Cat Stevens, Joe Cocker et Kanye West en 2011, ou encore Mariah Carey, Scorpions, Lenny Kravitz, Jimmy Cliff, LMFAO4, Pitbull, Khaled et Evanescence en 2012. En ce qui concerne l'édition 2013, les noms de quelques artistes qui se présenteront pour cette 12e édition ont été dévoilés, on trouve notamment Rihanna5, Enrique Iglesias, Loreen, Jessie J, Mika6, le groupe de rap français Sexion d'assaut et le DJ international David Guetta

{AG}culture{/AG}

le Festival International du cinéma de Rabat

A ses débuts, le Festival International du cinéma de Rabat a fait son apparition sur la scène cinématographique en tant que manifestation culturelle intégrée aux actes du Festival international de Rabat qu’organise le Conseil préfectoral de Rabat depuis l’année 1995.

Cette manifestation s’est exprimée à travers la salle du 7ème Art, le cinéma Renaissance, Royal, la Kasbah des Oudayas, la caravane cinématographique itinérante à travers les quartiers de la Capitale, l’Institut Français de Rabat, l’Institut Goethe, le Centre Culturel de l’Agdal, l’Ecole Mohammadia des Ingénieurs, la Cité universitaire, le Complexe du Dawliz de Salé, les salles des villes de Khémisset et de Tiflet.

En l’an 2000, et après le grand succès capitalisé par cette manifestation depuis 1995, il a été décidé de créer une compétition cinématographique internationale annuelle sous l’appellation « Prix Hassan II ».

En réalité, la mise en évidence d’une identité propre à cette manifestation, a constitué une préoccupation omniprésente dans l’esprit des initiateurs, tout au long des cinq années de maturation du projet.
Compte tenu des mutations connues par le paysage audiovisuel, en général, et le cinéma en particulier, et considérant le pouvoir attractif de l’image et son impact sur la vie des gens et sur leur comportement, le Festival international du cinéma de Rabat a affiché avec détermination son choix pour le « cinéma d’auteur », un mode d’expression avant-gardiste véhiculant une vision du monde qui reflète à la fois les valeurs d’authenticité et de modernité.
Dans un monde où prévaut de plus en plus la révolution numérique, s’ouvrent alors de nouvelles perspectives à la production cinématographique, n’excluant pas le risque de la non créativité, souvent synonyme de stéréotype, de libertinage et de légèreté.
Ce choix, voire ce défi, en dépit des contraintes, est bien l’ingrédient qui fait du Festival international du Cinéma de Rabat un espace privilégié de rencontre, de communication, de dialogue et de communion entre cinéastes et cinéphiles.
Cette conviction a ainsi placé le Festival au cœur du couvant de pensée qui voit dans le « cinéma d’auteur » le moyen de confirmation de la légitimité culturelle de ce genre de cinéma qui prouve le plaisir de regarder le grand écran et permet, en même temps, de peaufiner le goût et les mœurs du spectateur.
Ce cinéma est aussi celui du militantisme et de la résistance à tout ce qui menace l’identité et les spécificités des personnes, des sociétés et des peuples.
Partant de cette configuration générale, le Festival international du Cinéma de Rabat s’est assigné les objectifs suivants :
1 – l’Ouverture aux expériences cinématographiques internationales qui s’inscrivent dans le fil droit du choix du Festival pour le « Cinéma d’auteur ».
2 – la diversification des actes du Festival au point d’intégrer les différentes expériences, approches et sensibilités cinématographiques.
3 – l’invitation des créateurs du domaine du cinéma et de la critique à la création des conditions du dialogue et d’enrichissement des acquis du cinéma.
4 – l’appui aux occasions de formation et de rayonnement de la culture cinématographique pour les jeunes.
La fidélité du Festival à ses choix culturels et artistiques a contribué à asseoir sa notoriété à l’échelle internationale et à tisser des liens et échanges avec des Festivals, Etablissements et personnalités du monde du 7ème art, à conclure des partenariats, à instaurer des traditions de transfert d’expertise, et à communiquer les informations et documentation.
Parmi les Festivals avec lesquels des partenariats ont été conclus, il importe de citer :
➢ Le Festival d’Amiens (France).
➢ Le Festival de Montpellier (France),
➢ Le Festival des trois continents de Nantes, (France),
➢ Le Festival de Mons (Belgique),
➢ Le Festival de San Sébastien, (Espagne),
➢ Le Festival d’Est-Art, à New York, (Etats-Unis d’Amérique),
➢ Le Festival d’Arcadie (Canada),
➢ Le Festival du Film de Napoli (Italie).
A l’échelle arabe, de nombreux partenariats ont été conclus entre le Festival de Rabat et :
➢ Le Festival international du cinéma de Damas (Syrie),
➢ Le Festival International du Cinéma du Caire (Egypte),
➢ Festival international du film de Dubai,
➢ Festival international du film d’Oran,
➢ Le Festival du Cinéma de la Jeunesse de Souss (Tunisie),
➢ Le Festival International du Cinéma de Maskat (Sultanat d’Oman).
Le Festival international du cinéma de Rabat a également pris part au Forum de coordination entre Festivals Européens du cinéma et Festivals du Cinéma du Sud qui s’est tenu en 2003 à Bruxelles (Belgique).
Le Festival a également contribué à l’élaboration de la déclaration portant institution de la coordination entre Festivals africains.
Aussi, et parmi les personnalités du septième art qui ont honoré le Festival de leur présence, il faut citer, à titre indicatif :
➢ La réalisatrice américaine Euzhan Placy,
➢ La réalisatrice Patricia Kaisen, directrice de l’Institut Général du cinéma, du Vénézuela,
➢ L’actrice Aissatou Diob, du Sénégal,
➢ La scénariste Keit GUNNINFHAM, d’Allemagne,
➢ Le réalisateur David Daniel Kollo Sanou du Burkina Faso,
➢ L’Ecrivain Grec Sonia Briffaut,
➢ Le réalisateur espagnol Chema Sarmient,
➢ Le réalisateur mauritanien, Abderrahmane Sissako,
➢ Le réalisateur Guinéen Cheikh Doukouré,
➢ Le réalisateur roumain Christian Hangui,
➢ Le réalisateur français Eric Guirado,
➢ La réalisatrice française Simone Bitton,
➢ Le réalisateur français François Ozou,
➢ L’acteur français Aurélien Recoino,
➢ Le producteur iranien Abderahmane Chahinane,
A l’échelle des pays arabes il faut citer, à titre indicatif :
➢ Les actrices Leila Ouloui, Raghda, Ilham Chahine, Hala Chiha (d’Egypte),
➢ L’actrice Libanaise Bernadette Hadib,
➢ D’Egypte également il faut retenir les acteurs, Nour Acharif, Achraf Abdelbaki, Khalid Abounaja,…
➢ De Syrie : Les réalisateurs Oussama Mohamed, Abdellatif Abdelhamid,
➢ D’Egypte aussi Khalid Al Hajar, Mohamed Kalioubi ainsi que les réalisatrices Hala Khalil et Asmae Al Bakri,
➢ D’Algérie, la réalisatrice Yamna Chouiyekh,
➢ De Tunisie, les réalisateurs Moufida Tlatli, et Mahmoud Ibn Mahmoud,
et le Producteur Ahmed Bahaa Eddine Atia,
➢ De Palestine le réalisateur Rachid Machharaoui
A l’échelle nationale, le Festival a bénéficié de l’expertise et de la collaboration d’Institutions nationales comme le Centre Cinématographique Marocain, les Chambres Professionnelles Cinématographiques, l’Association des critiques du cinéma du Maroc, la Fédération Nationale des cinés clubs, ainsi que les différentes institutions et personnalités du monde universitaire, culturel, politique, et représentants de la société civile et du monde de la communication et de l’information.
Dans ce cadre, le Festival a veillé à donner corps au cours de dernières années, à sa configuration générale à travers des manifestations constantes :
➢ La compétition internationale,
➢ Fenêtre sur le cinéma du monde,
➢ Filmes documentaires,
➢ Hommages et rétrospectives,
➢ Panoramas,
➢ Cinéma de la jeunesse et de l’enfance,
➢ Cinéma grand écran,
➢ Tables rondes, conférences,
➢ Leçons de cinéma,
➢ Ateliers de formation.

{AG}Shopping{/AG}

 

Festival international du cinéma d'auteur de Rabat

Le Festival international du cinéma d'auteur de Rabat est une manifestation annuelle créée en 1994 dans la capitale du Maroc. Rendez-vous des cinématographies du monde, le festival a pour vocation de favoriser la diffusion d’un cinéma exigeant et de nourrir le désir de cinéma du public marocain en lui amenant des films d’auteur qui n’ont quasiment pas d’autre occasion d’être projetés dans le pays.

{AG}sport{/AG}

Jazz au Chellah

Jazz au Chellah est un festival de jazz organisé chaque année au mois de juin à Rabat au Maroc. Créé en 1996 sous le nom de Jazz aux Oudayas, dans la salle du musée des Oudayas, il se déroule depuis 2005 dans la nécropole du Chellah.
Programmation
Chaque année, pendant cinq jours, une dizaine de concerts sont proposés au public réunissant des artistes venant de divers pays européens et des musiciens marocains. Le festival de Jazz au Chellah contribue ce faisant à renforcer le dialogue interculturel entre l'Union Européenne et le Maroc.

Chaque soir, la scène du festival devient ainsi le théâtre de rencontres entre des groupes européens et des musiciens marocains. Ces associations ne durent pas seulement le temps du festival, et Jazz au Chellah a permis, depuis sa création, à contribuer à de nouvelles collaborations musicales.

Organisation Jazz au Chellah est organisé par la Délégation de l'Union Européenne au Maroc, en partenariat avec les ambassades et instituts culturels des états membres de l'Union européenne, la Délégation Wallonie-Bruxelles, le Ministère marocain de la culture, et la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër. Les recettes du festival sont versées à une œuvre caritative marocaine.

Le Festival Rabat Africa

Depuis 1994, la Fondation Orient-Occident s’efforce d’offrir aux plus démunis une structure où chacun peut s’instruire, se divertir, partager et se former.

A travers la promotion des cultures d’ici et d’ailleurs, et l’ouverture de son conseil d’administration à des personnalités de pays différents, la Fondation entend renouer le dialogue et contribuer à la compréhension entre les civilisations, tel un pont entre les deux rives de la Méditerranée, mer de partage où les identités se reconnaissent et préparent leur avenir.

En dix ans, la Fondation s’est donnée les outils et les moyens pour étendre son action et agir sur le terrain.
  1994 Création par Yasmina FILALI de la Fondation Orient-Occident au cours d’un voyage initiatique sur les traces de Saint-Exupéry " l’envol des sables "
  1995 Lancement de la Fondation lors d’un gala à Marrakech sous le haut patronage du prix Nobel de Littérature, Naguib Mahfouz, et en présence du poète palestinien Mahmoud Darwich. Fonds collectés pour la construction du centre de Rabat.
  1996 La Fondation est reconnue d’Utilité Publique. -Création à Paris de AFOOFRANCE, association loi 1901.
  1998 Création de Friends of Orient-Occident Foundation à New-York. USA.
  1998 Ouverture d’un centre expérimental à Meaux (France) destiné aux jeunes issus de l’immigration : voyages culturels, animations, sports.
  jumelage de la Fondation avec diverses Fondations méditerranéennes telles que : " insieme per la pace " (Italie) - Legado Andalousi (Espagne) - Gulbenkian (Portugal)
  1998 à 2000 chantier à Yacoub El Mansour (Rabat), le concept de Yasmina Filali est réalisé par l’architecte Noureddine Komiha par la construction d’un bâtiment comme " un pont entre les deux rives de la Méditerranée ".
  Mai 2000 Publication par la Fondation d’un livre hommage à John Lennon " Strawberry Fields "
  Avril 2001 ouverture au public du centre de Yacoub el Mansour à Rabat.
  2003 la Fondation s’engage à pérenniser son action en instaurant une stratégie de développement, en reproduisant son concept dans d’autres villes du Royaume, avec une vision entreprenariale.
  2004 Inauguration du deuxième centre de la Fondation Orient-Occident à Oujda , quartier de Sidi Yahia.
  2006 Ouverture d’un troisième centre à Casablanca Sidi Moumen. Nouvelle mission de la Fondation : créer des centres de formation professionnelle adaptés aux spécificités des villes d’implantation, afin d’aider à l’insertion des jeunes en situation d’échec scolaire dans le monde du travail.
  2007 Ouverture d’un centre de formation professionnelle aux métiers du tourisme à Larache et d’un centre socio-éducatif à Safi Sania.
  2008 Lancement de la construction de deux nouveaux centres FOO à Safi Oualidia et Guelmim.